fbpx

All for Life

Endovascular Aneurysm Repair (EVAR)

EVAR : Opération réussie par une équipe 100 % mauricienne

C’est une première à Maurice. Une équipe médicale, dirigée par le Dr Kunal Sibartie, a réalisé la première opération endovasculaire d’un anévrisme aortique, et ce, sans la contribution de médecins étrangers. Cette intervention chirurgicale de pointe s’est déroulée le 24 Janvier 2020. C-Care, filiale de CIEL Healthcare et propriétaire de Wellkin Hospital, confirme ainsi son positionnement comme un pôle d’excellence médical dans l’Océan Indien.

« Nous sommes vraiment très heureux et fiers d’être les premiers à avoir réalisé cette intervention sans faire appel à une expertise étrangère. Il est, aujourd’hui, important de savoir que nous pouvons soigner davantage de patients mauriciens qui n’auront plus à se rendre à l’étranger pour cette opération et aussi de soigner des patients de différentes régions de l’Océan Indien qui n’ont pas accès à cela dans leur pays. C’est définitivement un atout pour l’Ile Maurice de pouvoir réaliser ce type d’intervention grâce à des équipements de pointe et un personnel médical formé. De plus, nos patients locaux auront un suivi continu après l’opération car toute l’équipe médicale est basée à Maurice », soutient le Dr Kunal Sibartie, consultant en chirurgie vasculaire.

Pour cette intervention, les médecins ont utilisé la chirurgie endovasculaire. Mini-invasive et innovante, elle consiste à passer par les artères fémorales, par le biais d’une incision faite au niveau du pli de l’aine. Le chirurgien est alors en mesure, à travers les vaisseaux, de traiter la partie affectée de l’aorte par la pose d’une endoprothèse vasculaire, c’est-à-dire un stent recouvert d’un tissu synthétique. « Cette nouvelle technique ne nécessite pas une grande incision abdominale pour remplacer l’aorte malade par une greffe vasculaire comme la chirurgie ouverte. Et vu qu’elle est moins invasive, le risque de décès avec la réparation endovasculaire est inférieur à 1 % (par rapport à un risque de plus de 5 % avec l’opération ouverte) et le risque de complications est également beaucoup plus faible. Aussi, cela permet une période de convalescence beaucoup plus rapide par rapport à la chirurgie traditionnelle », ajoute-il.

Bien que l’anévrisme de l’aorte soit généralement asymptomatique, certaines personnes ont des douleurs abdominales ou du dos, voire l’apparition d’une grosseur qui présente des pulsations au niveau de l’abdomen. L’aorte abdominale, plus grosse artère du corps humain, fait normalement un diamètre de 2 cm. Elle part du cœur et descend dans le thorax jusqu’à l’abdomen où elle se divise pour diriger le flux sanguin vers les jambes. On parle d’anévrisme lorsque cette artère se dilate au-delà de 50 % de sa taille d’origine (soit à partir de 3 cm).

Le suivi médical, afin de décider d’une prise en charge adéquate, dépend de la sévérité de la dilatation ou de la vitesse à laquelle progresse l’anévrisme. En effet, cette maladie devient plus dangereuse lorsque le gonflement de l’aorte atteint une taille avancée. Il y a alors un risque élevé de rupture de l’anévrisme pouvant rapidement causer le décès du patient à la suite d’une hémorragie interne, d’où est l’importance cruciale d’un suivi médical approprié et d’un traitement efficace avec le moins de risques de décès.

Start typing and press Enter to search

Send this to a friend