All for Life

mal-de-dos

Mal de dos

Le mal de dos est commun et résulte souvent d’une mauvaise posture. Comment pouvons-nous éviter cela ?
90% des maux de dos sont non structurels (ou) posturaux, associés à une mauvaise posture au travail ou à la maison. L’erreur la plus commune est de rester assise avec une posture courbée pendant une longue période. La flexion répétitive vers l’avant et/ou soulever des objets lourds peuvent également causer des maux de dos. La meilleure façon de prévenir le mal de dos est de s’asseoir droit dans une chaise avec un bon support du dos pour correspondre à la courbure de la colonne vertébrale. Si vous êtes assis sur une chaise pendant plus d’une heure, il vous est fortement conseillé de vous lever toutes les 45 minutes à une heure et de marcher un peu ou de vous étirer pendant 3 à 5 minutes avant de vous asseoir à nouveau. Évitez de vous pencher en avant et de soulever des poids. Si vous transportez des sacs à provisions lourds, veillez toujours à répartir le poids uniformément dans les deux mains.

 

Les exercices abdominaux et dorsaux peuvent-ils aider à prévenir les maux de dos ?

Prévenir vaut mieux que guérir. Une bonne posture et des exercices réguliers de renforcement des muscles abdominaux et du dos aident souvent à prévenir les douleurs dorsales dans une large mesure. D’autres formes d’exercice, y compris l’aérobic, l’aqua gym ou le yoga sont également bénéfiques. Il est important de noter que les personnes souffrant de maux de dos doivent faire très attention lors d’une activité physique intense. Il est conseillé de consulter un chirurgien de la colonne vertébrale qui vous guidera en ce qui concerne les exercices les plus appropriés pour votre problème de dos particulier. C’est une bonne pratique pour tout le monde d’effectuer des exercices de dos, surtout pour les personnes qui restent longtemps à leur poste de travail et/ou qui utilisent des outils lourdes sur leur lieu de travail.

 

Quelles sont les conséquences d’une mauvaise posture sur le long terme ?

Une mauvaise posture à long terme causera presque certainement des maux de dos. L’environnement de travail actuel signifie généralement que nous nous asseyons et travaillons souvent dans une seule et même position pendant une longue période. L’utilisation de la technologie moderne, notamment les ordinateurs portables, les tablettes et les smartphones, tout en étant assis dans une mauvaise position ou en position couchée, peut avoir des conséquences à long terme sur la santé de la colonne vertébrale. Assis sur le canapé avec un dos voûté, la position soi-disant « patate de canapé » peut également causer des maux de dos. Au début, une mauvaise posture provoque une douleur dorsale ou une entorse non structurelle, mais à long terme, elle peut entraîner une déshydratation discale, un prolapsus discal et une arthrite des articulations de la colonne vertébrale. Cela conduira éventuellement à des douleurs dorsales graves et persistantes avec des problèmes neurologiques.

Dans quelles circonstances le mal de dos nécessite-t-il une intervention chirurgicale ?

90% des douleurs de dos s’amélioreront dans les 2 à 4 semaines suivant les médicaments prescrits, la physiothérapie et les exercices, et la plupart des cas sont non structuraux. 10% des patients peuvent avoir un grave problème de dos nécessitant une intervention dans l’une ou plusieurs des situations suivantes:

• Si le mal de dos est toujours très sévère et persistant, même après l’utilisation de médicaments et de physiothérapie pendant une période considérable.

• Si la douleur est suffisamment grave pour affecter votre routine quotidienne.

• S’il y a une douleur irradiante à l’une ou aux deux jambes avec engourdissement et / ou faiblesse.

• S’il est impossible de s’asseoir, de rester debout ou de marcher pendant une période raisonnable.

• S’il y a une perturbation dans vos habitudes de toilette habituelles.

Quels sont les types d’interventions pratiquées pour les problèmes discaux?

Types d’interventions du rachis• Injection péridurale – Cette procédure peut être utile chez les personnes ayant un
problème de disque ne touchant pas les nerfs. La combinaison de stéroïde et anesthésiant
peuvent aider à diminuer la douleur.• Micro-discectomie – Cette chirurgie est sélective pour les jeunes individus avec un important prolapsus discal compressif du nerf. Le disque restant doit être normal et sans arthrite des articulations de la colonne vertébrale. La micro-discectomie est faite en enlevant la partie du disque qui est prolapsée et qui s’appuie contre le nerf. Parfois, ces patients peuvent avoir un prolapsus récidivant du disque restant.

• Laminectomie – La procédure consiste à enlever la couverture osseuse et
le ligament épaissi qui presse contre la moelle épinière et les nerfs. Le disque n’est pas enlevé. Plus de place est ainsi créée pour la moelle épinière et les nerfs. Cette chirurgie est pratiquée pour les patients âgés qui ont une colonne vertébrale stable et une espérance de vie réduite. La laminectomie peut également être utile dans une colonne sévèrement comprimée nécessitant une intervention chirurgicale, lorsque le patient n’est pas apte à subir une chirurgie longue.

• PLIF – Fusion inter-somatique obtenue par voie bilatérale postérieure et TLIF – Arthrodèse intersomatique par voie transforaminale:

Ces procédures chirurgicales impliquent à la fois la décompression de la colonne vertébrale et adressent également la stabilité de la colonne vertébrale en plaçant des vis pédiculaires reliées par des tiges. Le disque est complètement retiré et l’espace est rempli d’un dispositif d’espacement et d’une greffe osseuse. La procédure veillera à ce que la colonne vertébrale ne soit pas seulement décompressée mais aussi stabilisée.

• D’autres interventions comme la chirurgie endoscopique de la colonne vertébrale, la chirurgie de la colonne vertébrale minimalement invasive et la chirurgie rachidienne assistée par robot donnent essentiellement le même résultat que les procédures plus traditionnelles, mais les chirurgies sont effectuées avec les derniers équipements.

La chirurgie est-elle utile pour un problème de disque et quels sont les résultats postopératoires ?

Oui, la chirurgie fait vraiment des merveilles pour la qualité de vie du patient. Si les patients sont sélectionnés avec soin et que la procédure appropriée est effectuée au bon moment, selon les exigences de l’état et par un chirurgien spécialiste de la colonne vertébrale, 99% des patients peuvent se lever et marcher le jour suivant la chirurgie et même rentrer chez eux après 3 jours. . Une intervention chirurgicale réussie, effectuée au bon moment, fait une énorme différence dans la qualité de vie des patients et des membres de la famille proche, et peut même éviter la paralysie.

Quels sont les risques ou les complications associés à de telles interventions chirurgicales ?

Il existe des risques prévisibles et imprévisibles dans tous les types de chirurgies. Le risque associé à toute infection possible peut être évité en suivant les mesures de stérilité stricte dans la salle d’opération ainsi qu’après l’opération. Les antibiotiques aident également à prévenir l’infection. L’âge du patient et d’autres facteurs liés à la maladie peuvent être bien contrôlé en suivant les conseils du docteur traitant.

La complication la plus redoutée dans le public est la paralysie neurologique suite à la chirurgie, et c’est la principale raison qui pousse beaucoup de patients à éviter une opération.

Parfois, les patients se retrouvent paralysés avant même de voir un spécialiste car leur peur de la paralysie est telle qu’ils veulent éviter complètement la chirurgie. Il est extrêmement important de consulter un chirurgien de la colonne vertébrale le plus tôt possible, afin d’éviter de telles complications. C’est bien sûr une chirurgie qui doit être effectuée par un chirurgien du rachis bien formé, professionnel et compétent. La paralysie peut être évitée et
presque tous nos patients rentrent chez eux à pieds.

Combien de temps faut-il avant que le patient puisse reprendre ses activités quotidiennes ?

Normalement, le patient peut marcher dès le premier jour après la chirurgie. Ils peuvent aller aux toilettes sans aide et manger de façon autonome. Il est fortement recommandé au patient de ne pas se pencher en avant ni de soulever des poids pendant 6 semaines à 3 mois après l’opération, selon le type de chirurgie qu’ils ont subi. Généralement, on peut reprendre le travail léger après 6 semaines. Ils peuvent conduire sur de courtes distances à partir de 6 semaines après la chirurgie. Après 3 mois ils peuvent reprendre leurs activités normales, comme travailler et conduire. Il est toujours conseillé de continuer les bonnes pratiques de soin du dos et les exercices pour prévenir les problèmes de disque dans d’autres parties de la colonne vertébrale.

Start typing and press Enter to search